mardi 6 décembre 2016

Quelle heure est-il au paradis?

Amadou & Mariam "le couple aveugle du Mali", promènent leurs notes chaleureuses depuis près de trente ans. Après un long début de carrière en Afrique, le duo s'est imposé sur la scène internationale en deux temps, d'abord avec la chanson "Mon amour, ma chérie" en 1998, puis en 2004 avec l'album "Dimanche à Bamako" produit par Manu Chao.
Mariam Doumbia est née à Bamako le 15 avril 1958. Très jeune, elle colle son oreille à l’appareil radio de son père et apprend par coeur toutes les chansons qu'elle entend : celles des vedettes maliennes  mais aussi les grands standards de la variété française. Dès l’âge de six ans, elle chante dans les mariages et les baptêmes. En 1973, l’Institut des jeunes aveugles de Bamako ouvre ses portes. Mariam, qui a perdu la vue à l'âge de cinq ans, fait partie des premiers élèves intégrés et y apprend le braille. Elle y donne également des cours de chants et de danse aux autres élèves.



Amadou Bagayoko est également né à Bamako, le 24 octobre 1954. Il montre très vite des prédispositions pour la musique : après avoir commencé par apprendre les percussions dès l'âge de deux ans, il passe à l’harmonica et à la flûte à dix ans. Mais un de ses oncles possède un instrument qui l’attire plus que tout : une guitare. Pendant son adolescence, il écoute les disques de Jimmy Hendrix, Led Zeppelin, John Lee Hooker, Eric Clapton, se laisse entraîner par les musiques cubaines et, bien sûr, par la chanson malienne. Ayant perdu la vue pendant son adolescence à la suite d'une cataracte congénitale, il entre en 1975 à l’Institut des jeunes aveugles de Bamako. Auréolé d’un début de succès et surtout passionné par la musique, Amadou séduit Mariam. Et inversement.

Cette chanson fait partie du documentaire "In the same boat" qui passe ces jours-ci à Madrid et que je vous recommande.

1 commentaire:

Equipo Texeo - RevistaMonsacro a dit…

Intenso! Tres Bon ( Fernando)